A quoi sert un groupe de sécurité d’un chauffe-eau ?

Le groupe, qui est nécessaire à la sécurité du chauffe-eau, joue donc un rôle critique. Un dysfonctionnement, par exemple, peut entraîner la rupture de la cuve. Par conséquent, la pièce doit respecter des exigences NF, qui assurent sa qualité.

Le groupe de sécurité est un dispositif qui empêche la pression interne d’un chauffe-eau de dépasser 7 bars. Par conséquent, il va gérer cette dernière et expulser l’eau lorsqu’elle se dilate sous l’effet de la chaleur. Le volume rejeté est de l’ordre de 3% du volume global de la cuve. Cette perte mineure d’eau se manifeste par de petites gouttelettes qui ruissellent sous le ballon. (Si l’eau s’écoule à un rythme plus rapide, le dispositif présente un dysfonctionnement).

Une autre fonction du groupe de sécurité est de couper l’arrivée d’eau froide afin de pouvoir vider l’appareil (en cas d’entretien ou de réparation). Enfin, il empêche l’eau chaude montante de pénétrer dans le réseau d’eau froide.

De quoi est composé un groupe de sécurité ?

Le dispositif est composé d’un clapet anti-retour en plastique, d’une vanne 7 bars et d’un robinet. Il est placé sur la moitié inférieure du réservoir, en amont du chauffe-eau. Un tuyau le relie également à l’évacuation. Pour assurer le bon fonctionnement du dispositif, le groupe doit être nettoyé une fois par mois. Le groupe de sécurité a une durée de vie moyenne de 5 ans ; en cas de défaillance, le remplacement doit être effectué rapidement. L’élément à remplacer est abordable, il coûte entre 20 et 60 euros en moyenne.

Quel est le rôle du groupe de sécurité ?

Le groupe de sécurité est un élément essentiel qui permet à un chauffe-eau à accumulation – réservoir d’eau chaude ou cumulus – de fonctionner correctement. Découvrez les 4 rôles important de celui-ci :

Protection contre la pression

Pendant la phase de production d’eau chaude, la température et la pression de l’eau augmentent. Dans un volume d’eau constant, il y a expansion. Pour des raisons de sécurité, la pression doit être limitée pour être inférieure à la pression de service du ballon. De fortes variations de pression pourraient entraîner une détérioration prématurée du revêtement en émail du ballon.

La soupape de sécurité intégrée, réglée à 7 bars, évacue ainsi une petite quantité d’eau, qui peut représenter jusqu’à 3% de la capacité totale du réservoir.

Un vase d’expansion sanitaire peut être placé entre le groupe de sécurité et l’entrée d’eau froide pour éviter la perte de cette eau. Comme ce mécanisme maintient une pression presque constante, l’ouverture de la soupape de sécurité n’est pas nécessaire.

Il est important de noter que la soupape doit être actionnée une fois par mois pour éviter l’accumulation de calcaire.

Il faut également s’assurer que la pression du réseau d’eau froide est inférieure à 3 bars. Si ce n’est pas le cas, il faut installer un réducteur de pression.

Isolement de l’eau froide

Le robinet doit être actionné une fois par an pour éviter qu’il ne gèle.

Pour éviter la corrosion, il est essentiel de prévoir la pose de deux manchons diélectriques sur les raccords d’eau froide et d’eau chaude du réservoir lors de l’installation.

D’autre part, la norme NFC15-100 impose l’utilisation de liaisons équipotentielles, ce qui signifie que toutes les sections de distribution hydraulique doivent être mises à la terre.

Empêche le retour de l’eau chaude dans le circuit d’eau froide

La différence de pression entre l’eau froide du réseau et l’eau chaude du réservoir provoque la fermeture automatique de la vanne.

Permet de vidanger le ballon d’eau chaude manuellement

Il faut d’abord couper l’alimentation électrique de la cuve au niveau du disjoncteur, et faire attention aux brûlures. L’orifice de vidange du groupe de sécurité doit être raccordé à l’égout à l’aide d’un kit siphon.

La vidange est possible si le groupe de sécurité est placé sous le niveau bas de la cuve. Cependant, il est conseillé d’installer le groupe de sécurité au-dessus du niveau d’eau du réservoir. Cette configuration permet d’éviter que le groupe ne s’entartre, qu’il soit exposé à des températures élevées et que le réservoir se vide si le groupe de sécurité doit être changé.

Comment entretenir le groupe de sécurité ?

Vous ne devez pas remettre à plus tard l’installation et la maintenance de ce système de sécurité. Heureusement, le groupe de sécurité est simple à gérer et à modifier.

La maintenance se limite à un nettoyage mensuel. Pour ce faire, vous devez procéder comme suit :

  1. Fermez la vanne d’arrêt du groupe de sécurité
  2. ouvrez la vidange et les robinets d’eau chaude du logement
  3. réglez les lavabos pour permettre l’écoulement de l’eau
  4. fermez la vidange et les robinets
  5. Rouvrir la vanne d’arrêt du groupe

Ainsi, l’eau sous pression du ballon est évacuée.

Comment savoir si le groupe de sécurité doit être changé ?

Rien n’est plus simple ! S’il est normal qu’un groupe de sécurité laisse échapper quelques gouttes dans son siphon (notamment lorsque le ballon se réchauffe), vous devez le changer les jours où le débit est plus important. Ce changement a lieu tous les 5 ans environ. Le coût d’un groupe de sécurité est compris entre 20 et 40 euros.

Comment remplacer le groupe de sécurité du ballon d’eau chaude ?

Pour changer un groupe de sécurité, vous devez procéder comme suit :

  1. Apportez avec vous une clé à molette, une clé plate, du ruban d’étanchéité, un joint d’étanchéité et une bassine
  2. Coupez l’arrivée d’eau froide qui alimente le chauffe-eau et l’électricité
  3. Installez une bassine sous le chauffe-eau
  4. Pour retirer l’ancien groupe de sécurité, détachez le siphon et utilisez une clé à molette pour débrancher le raccord d’arrivée d’eau
  5. Pour éviter les fuites, ajoutez du ruban d’étanchéité ou de l’étoupe sur le filetage ; vissez le nouveau groupe de sécurité
  6. remplacer le joint du connecteur d’entrée d’eau
  7. Remplacez l’entrée d’eau froide ; raccordez le siphon au nouveau groupe de sécurité et à la vidange ; et mettez en marche l’alimentation en eau

Le nouveau groupe de sécurité a été mis en place. Avant de reconnecter l’énergie et de remettre le chauffe-eau en marche, assurez-vous de son étanchéité.

Laisser un commentaire